• 3691 visits
  • 16 articles
  • 794 hearts
  • 2950 comments

Newsletter 15/10/2012

"Real life is physical. Give me books instead: Give me the invisibility of the content of books, the thoughts, the ideas, the images. Let me become part of a book:
I'd give anything for that."
.
 

 
 
Si tu souhaites être prévenue des nouveautés, laisse-le moi savoir ici.
En t'inscrivant, tu acceptes de commenter lorsque tu seras prévenue, ou tu risques d'être retirée de la newsletter.
.
.
.
.
.
.

.

Tags : La newsletter

The Dream Where the Losers Go - Beth Goobie 03/03/2013

" You're like a pale dainty creature that floats above the rest of us. [...] In a pale dainty air current. You float up there and watch.
"That's racist" said Skey, "calling me pale."
" [..] It's not your skin, [...] It's your spirit. You're losing yourself, Skey. You're going somewhere, I don't know where, but it's getting farther and farther away."
 
 

 
 
 
 
 
 
No one knows why she hurt herself, least of all Skey. After five long months in treatment for self-destructive behavior, Skey continues to dream of dark tunnels with mysterious designs carved into their stone walls, a place where she is safe and alone. Then she encounters another dreamer, a boy her own age, dreaming the same dream, wandering the same tunnels. A boy with secrets much like her own.
 
 
 
 
 
 
 
 
Dès les premières pages de ce livre, j'ai su qu'il allait s'agir d'un coup de coeur, d'un énorme coup de coeur. 
Ce livre raconte l'histoire de Skey, une jeune adolescente, qui a été hospitalisée après avoir tenté de mettre fin à ses jours. Nous sommes introduits dans l'histoire le jour où elle doit reprendre les cours, dans son ancien lycée. Par contre, tous les jours, après les cours, elle doit rentrer à l'hôpital qui est pour ainsi dire "sa maison". Elle a un copain, Jigger, qui fait parti d'un groupe surnommé les Dragons. Ils sont très méchants et prêts à tout pour se faire respecter. Skey est vraiment amoureuse de ce garçon, mais tout au long, je voulais juste qu'elle le quitte. Il est sa bouée de sauvetage, mais en même temps l'ancre qui la retient au sol.
Une très grande partie de l'histoire se déroule dans "les tunnels". Les tunnels sont un endroit dans la tête de Skey, endroit où son esprit se réfugie lorsque le monde extérieur devient trop douloureux. Là, elle fera la rencontre d'un garçon qui essaie aussi de fuir ses démons. Mais Skey sait très bien qu'un jour ou un autre, elle devra affronter ses souffrances, sans chercher à se cacher.
Il s'agit d'un très gros coup de coeur parce que c'est une histoire touchante. J'aurais tant voulu pouvoir aider Skey, me tenir à ses côtés pour qu'enfin elle s'en sorte. Je me suis beaucoup attachée, et je pense que je me suis aussi beaucoup retrouvée en elle...
 
♥♥♥♥♥
COUP DE COEUR
 
 

Tags : Beth Goobie - Coup de coeur

L'amour est une île de Claudie Gallay 22/03/2013

« - Il faut que je vous déteste à présent.
Elle dit ça d'une voix triste.
- C'est comme tu veux.
- Non, c'est pas comme je veux.
Il regarde couler le fleuve.
- Tu vas te perdre, il dit. »
 

 
 
 
 
 
Sous une chaleur étouffante, alors que le Festival d'Avignon s'enlise dans la grève des intermittents, Mathilde, une célèbre actrice surnommée la Jogar, revient dans sa ville natale. Au même moment, Odon, hanté par la belle Mathilde depuis leur amour passionné il y a dix ans, met en scène la pièce d'un auteur inconnu, mort dans des circonstances équivoques et dont la jeune soeur vient d'arriver,  pleine de tourments et de questions insidieuses...
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
À première vue, le résumé est très ordinaire et il ne semble contenir rien de spécial. Par contre, ayant déjà lu deux autres livres de cet auteur, dès que j'ai vu ce roman, j'ai littéralement sauté dessus. Je n'ai lu la quatrième de couverture que pour me donner une brève idée, mais je savais déjà que j'allais être conquise par ces mots, ces vies.
L'amour est une île regroupe en grande partie des acteurs. Odon possède un théâtre et à tous les soirs ont lieux des représentations. Par contre, des gens font la grève et donc les pièces ne sont pas jouées à chaque soir. Puis soudainement, apparaît une jeune fille nommée Marie. Son frère, Paul, maintenant décédé, avait écrit une pièce de théâtre qu'il avait envoyé à Odon. Ce dernier ne lui a jamais redonné de nouvelles, et peu à peu, Paul a perdu tout espoir. Marie est donc là pour comprendre. Elle veut savoir pourquoi. Sa présence sera assez dérangeante, mais oh combien je me suis attachée à elle.
Les personnages sont donc assez nombreux, mais ils sont chacun une personnalité bien distincte. Odon et Marie ont été mes favoris. Ils sont les deux plus brisés de l'histoire, les deux plus seuls. J'ai adoré leurs confrontations. Je pense qu'ils avaient énormément de points communs, mais qu'ils n'ont pas su s'en rendre compte. 
Aussi, Claudie Gallay a le pouvoir de nous transporter dans un endroit différent à chaque fois, mais qui, en fin de compte, ont tous un point commun: la solitude. Peu importe où les personnages se trouvent, que ce soit à Venise, dans un port, ou sur une île, la solitude règne. Et elle nous marque.
Bref, j'en aurai très long à dire sur ce livre. Ce fut une lecture touchante et dure. Je ne m'en remettrais pas de sitôt. 
 
♥♥♥♥♥
COUP DE COEUR

 

Tags : Claudie Gallay - Coup de coeur

Un jour de David Nicholls 18/04/2013

« Tu veux savoir ce qui ne va pas ? [...] Il faut que tu saches que... j'ai jamais arrêté de penser à toi. Même quand nous étions fâchés, je pensais à toi tous les jours, d'une manière ou d'une autre... [..] Même si c'était juste pour me dire : "J'aimerais que Dexter voie ça", ou : "Qu'est-ce qu'il fait en ce moment?" ou : "Bon sang, quel imbécile, ce Dexter!".... Tu vois ? Et quand nous nous sommes retrouvés, tout à l'heure, j'ai pensé que tout allait redevenir comme avant. Que tu serais de nouveau mon meilleur ami. Alors tout ce que tu m'annonces [...], c'est... c'est formidable, bien sûr ! Je suis très heureuse pour toi, Dex. Mais j'ai l'impression que je viens de te perdre une deuxième fois. »
 
Un jour de David Nicholls

 
 
 
 
15 juillet 1988. Emma et Dexter se rencontrent pour la première fois. Tout les oppose, pourtant ce jour marque le début d'une relation hors du commun. Pendant vingt ans, chaque année, ils vont se croiser, se séparer et s'attendre, dans les remous étourdissants de leur existence. Un conte des temps modernes où la splendeur d'aimer a fait chavirer le monde entier.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Dex et Em, Em et Dex...
Je viens tout juste de terminer ce roman et franchement les mots me manquent pour décrire ce que je ressens, ce que ce livre m'a fait vivre. Il compte 620 pages et j'ai tout lu en à peine trois jours. J'ai un mal fou à faire cette chronique car les personnages me manquent déjà. Je ne me remettrai pas de cette histoire.
Le récit commence le 15 juillet 1988. Cette date sera très symbolique pour le reste car c'est à cette date que Dexter et Emma se retrouveront chaque année. En 1988 donc, ils ont tout juste la vingtaine, ils viennent d'être diplômés et se parlent pour la première fois. Ils passent la nuit ensemble et se contentent de parler et là, tout doucement, s'infiltre un attachement mutuel qui perdura tout au long de leur vie.
Leurs chemins se séparent rapidement, mais ils ne cessent de penser l'un à l'autre. Ils ne s'en rendent pas compte, mais à chaque fois qu'un événement majeur se produit dans leur vie, ils ressentent le besoin d'avoir l'autre tout près pour lui confirmer que tout ira bien.
Dexter et Emma sont deux personnages très bien développés. Emma est studieuse et rêve de devenir écrivaine. Elle adore lire et tente par tous les moyens de cultiver Dexter. Elle est plutôt seule et très renfermée. Je pense donc que tout le monde peut, d'une manière ou d'une autre, se retrouver en elle. Dexter, quant à lui, est un fêtard. Il connaîtra la célébrité, le monde de la drogue et de l'alcool et entamera une décente aux enfers. Emma restera près de lui malgré tout, toujours près à venir à sa rescousse. Mais vient un moment où elle n'en peut plus, où elle ne peut plus endurer la façon dont Dexter la traite. Ils ne se verront donc pas pendant plusieurs années et essayeront tant bien que mal de se faire une vie, celle dont ils ont tout deux rêvé. 
Les années passent donc. Ils se perdent et se retrouvent continuellement. Vingt ans passeront comme ça.
Vous comprendrez donc que ce livre a pour moi été un immense coup de coeur, et encore le mot semble beaucoup trop faible pour exprimer mon émotion face à ce roman. Je suis tout simplement bouleversée. D'autant plus que j'ai attendu si longtemps avant de sortir ce livre de ma PAL. Je dois donc remercier Lectures-de-Margaux avec qui j'ai fait cette lecture commune.  
Bref, pardonnez-moi pour cette interminable chronique, mais j'en avais beaucoup à dire...
 
 ♥♥♥♥♥
COUP DE COEUR 
 
L'avis de Laura
.
.
« T'es quelqu'un de bien grâce à elle et en échange,
tu l'as rendue tellement heureuse. »
.

Tags : David Nicholls - Coup de coeur

La sélection T1 de Kiera Cass 08/05/2013

« - Eh bien, j'aime quand il baisse la garde. Quand il parle sans surveiller chacun de ses mots, ou quand il étudie un objet comme s'il... comme s'il cherchait la beauté que contient cet objet. Ce que j'aime aussi, c'est qu'il donne l'impression de se sentir réellement impliqué quand il discute avec toi. Il a beau avoir un pays à diriger et des dizaines de problèmes à régler, il fait passer ses soucis au second plan. Il se consacre à cent pour cent à la personne qu'il a en face de lui. »
 

 
 
 
 
 Elles sont trente-cinq jeunes filles: la «Sélection» s'annonce comme l'opportunité de leur vie. L'unique chance pour elles de troquer un destin misérable contre un monde de paillettes. L'unique occasion d'habiter dans un palais et de conquérir le coeur du prince Maxon, l'héritier du trône.
Mais pour America Singer, cette sélection relève plutôt du cauchemar. Cela signifie renoncer à son amour interdit avec Aspen, un soldat de la caste inférieure. Quitter sa famille. Entrer dans une compétition sans merci. Vivre jour et nuit sous l'oeil des caméras.
Puis America rencontre le Prince. Et tous les plans qu'elle avait échafaudés s'en trouvent bouleversés.
 
 
 
 
 
 
 
 
Tout d'abord, que dire de cette fabuleuse couverture ? En général, la couverture m'importe peu, mais celle-ci a vraiment capté mon attention: elle est sublime.
J'avais hâte de me plonger à mon tour dans ce livre que tout le monde semble tant apprécier. J'étais très curieuse découvrir America, cette jeune femme au caractère bouillant. Je l'ai apprécié tout au long du roman car elle ne se laisse pas marcher sur les pieds malgré toutes ces filles qui tentent de s'en prendre à elle.
Je dois avouer que le début de l'histoire m'a beaucoup rappelé Hunger Games. Des peuplés divisés par castes, un tirage au sort, un relooking, des interviews pour charmer le public... mais à mon plus grand contentement, les ressemblances s'arrêtent là. 
Tout au long du livre, j'ai tenté de répondre à cette question: Aspen ou Maxon? Maxon ou Aspen? Je dois avouer qu'au départ, Aspen est adorable, mais ce qu'il fait par la suite m'a laissé un goût assez amer. Quant à Maxon, il m'a plu dès le départ. Il est très intègre et attachant. Malgré son statut de Prince, il sait penser à ce qu'il veut et à ses propres sentiments. Bref, je n'ai toujours pas résolu ce conflit, surtout pas après ce revirement de situation à la fin... Mais j'ai un très gros faible pour Maxon !
Pour conclure, je suis contente d'avoir enfin lu ce livre qui était dans ma Wish list depuis un moment déjà, et je me tarde de lire le deuxième tome, même si les avis que je lis sont assez décourageants.
 
♥♥♥♥

L'article de Marika

Tags : Kiera Cass

Wonder de R.J. Palacio 15/05/2013

Proposé par x-Livres-Passion-x

« Quatrièmement, maintenant que je le connais, je peux dire que j'ai sincèrement envie d'être son ami. Au début, j'avoue, je restais avec lui juste parce que M. Bocu m'avait demandé d'être sympa et tout ça. Mais maintenant, ça me plaît de passer du temps avec lui. Il rit à toutes mes blagues. Et j'ai le sentiment que je peux tout lui confier. C'est vraiment un super ami. Genre, si tous les garçons de sixième étaient alignés contre un mur et que je doive choisir celui que je préfère, eh bien, je choisirais August. »
 

 
 
 
 
Ne jugez pas un livre garçon sur sa couverture son apparence. 
 
« Je m'appelle August. Je ne me décrirai pas. Quoi que vous imaginiez, c'est sans doute pire. »
 
Né avec une malformation faciale, August, dix ans, n'est jamais allé à l'école. Aujourd'hui, pour la première fois, ses parents l'envoient au collège... Pourra-t-il convaincre les élèves qu'il est comme eux?
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
À chaque fois que j'allais en librairie et que je voyais ce livre, je devais me raisonner pour ne pas l'acheter à cause de son prix... Alors imaginez le bonheur que j'ai ressenti quand je suis allée à la bibliothèque et que je vois Wonder ! J'ai carrément sauté dessus et je ne l'ai plus lâché.
L'histoire en elle est très bien construite. Les parents d'August décide qu'il serait tant qu'il ait à l'école et qu'il apprenne à vivre avec les autres qui, malheureusement, ne cessent de lui montrer leur dégoût pour son visage. Tout au long, August est victime d'intimidation et à chaque fois, je n'avais qu'une envie et c'était de le serrer dans mes bras. August se fait rapidement quelques amis. On voit vraiment la bonté en eux. Ils se foutent de quoi August ait l'air, ils apprennent à le connaître et ils se rendent compte que c'est un petit garçon tout simplement adorable.
Pour moi, en tout cas, ce fût le cas. J'ai adoré ce petit garçon du début à la fin. Au début, on ne sait pas vraiment à quoi il ressemble, mais plus ça avance, plus on en apprend. La chose sensée serait de dire qu'il est "laid", mais à aucun moment je n'ai pensé qu'il était laid. Il est tellement drôle, gentil et attachant qu'on ne peut que l'aimer.
Quelque chose de vraiment à propos de ce livre c'est qu'il est divisé en huit parties et que chaque partie est raconté par une personne différente, quoique August raconte trois parties. On peut donc connaître le point de vue de sa soeur, de ses amis, des gens qui ne l'aiment pas... Ça rend le tout très intéressant !
Outre la situation d'August, quelque chose m'a vraiment attristé. Je trouvais dommage que dans sa famille, August soit celui dont on se préoccupe le plus. Sa soeur, Via, est carrément invisible. Je l'ai beaucoup aimé pour cette raison, car je me suis retrouvée en elle.
Le seul point qui peut être dérangeant, c'est que comme August n'a que dix ans, il s'exprime comme un enfant de dix ans. Donc certains thèmes sont vraiment enfantins. Pour ma part, ça ne m'a pas dérangé du tout, mais je sais que cela pourrait déranger certaines personnes. 
Bref, vous pouvez comprendre que ce livre a été pour moi un très gros coup de coeur. Et malgré son prix, courrez l'acheter ! Vous ne le regretterez pas.
 
♥♥♥♥♥

L'avis de Laura

Tags : R.J. Palacio - Coup de coeur

Gatsby le Magnifique de Francis Scott Fitzgerald 22/05/2013

« Il me sourit avec une sorte de complicité ― qui allait  au-delà de la complicité. L'un de ces sourires singuliers qu'on ne rencontre que cinq ou six fois dans une vie, et qui vous rassure à jamais. Qui après avoir jaugé ― ou feint peut-être de jauger ― le genre humain dans son ensemble, choisit de s'adresser à vous, poussé par un irrésistible préjugé favorable à votre égard. Qui vous comprend dans la mesure exacte où vous souhaitez qu'on vous comprenne, qui croit en vous comme vous aimeriez croire en vous-même, qui vous assure que l'impression que vous donnez est celle que vous souhaitez donner, celle d'être au meilleur de vous-même. »

Gatsby le Magnifique de Francis Scott Fitzgerald

 
Nous sommes au lendemain de la Grande Guerre, le mal du siècle envahit les âmes. C'est l'époque de la Prohibition et des fortunes rapides.
En 1922, Jay Gatz, désormais Gatsby, se retrouve fabuleusement riche. Milles légendes courent sur son compte, qui n'empêchent pas les gens chic -et moins chic- de venir en troupe boire ses cocktails et danser sur ses pelouses. Gatsby le Magnifique joue la carte des folles dépenses pour éblouir Daisy, mariée à Tom Buchanan, un héritier millionnaire.
Le jour où l'espoir de conquérir sa bien-aimée s'évanouit, la fête prend fin brutalement...
Gatsby le Magnifique est un des romans emblématiques de la littérature américaine du XXè siècle.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
Enfin, j'ai finalement lu ce livre ! Je m'étais promise de lire un deuxième livre de Fitzgerald et voilà donc chose faite ! Mon avis est plutôt mitigé sur ce roman, mais je tenais à le lire puisqu'il vient d'être adapté pour une deuxième fois au cinéma. 
La première chose qui m'a frappée est que l'histoire n'est pas racontée par Gatsby lui-même, mais par son voisin -et ami. Je m'attendais à m'attacher à Gatsby, à l'adorer... mais au final, on apprend à le connaître tranquillement à travers les mots et pensées de Nick Carraway. 
Au début de l'histoire, l'auteur nous présente donc le narrateur. Cette partie m'a un peu ennuyée et je commençais ma lecture plutôt déçue. Par contre, peu à peu, j'ai commencé à m'attacher à Nick. Il a un très grand coeur et j'ai aimé la façon dont il voyait les choses, surtout la façon dont il voyait Gatsby. 
Mais, comment passer à côté de notre cher Gatsby? Malgré son omniprésence, j'ai adoré son personnage. Il y a plusieurs rumeurs à son sujet, toutes sortes de bêtises aussi fausses les unes que les autres. Au fond, il est fragile et ne cherche qu'à pouvoir reconquérir sa Daisy. Il organise donc fêtes après fêtes dans l'espoir qu'elle se pointera et qu'elle mettra enfin fin à sa solitude.
Pour être franche, à l'exception de Gatsby et Nick, les autres personnages m'ont laissé assez indifférente. Ils sont tous mesquins, méchants et ne pensent qu'à eux-même. Même Nick s'en rend compte: « Tom et Daisy étaient deux êtres parfaitement insouciants ― ils cassaient les objets, ils cassaient les humains, puis ils s'abritaient derrière leur argent, ou leur extrême insouciance, ou je-ne-sais-quoi qui les tenait ensemble, et ils laissaient à d'autres le soin de nettoyer et de balayer les débris. »
Bref, même si j'ai commencé ma lecture avec un arrière-goût plutôt amer, la fin m'a complètement brisé le coeur. J'avais de la peine pour Nick et je détestais tous ces gens qui se prétendaient amis avec Gatsby. J'ai tout de même l'intention d'aller voir le film et j'espère qu'il sera à la hauteur de mes attentes!



♥♥♥♥
L'avis de Morgane

Tags : Francis Scott Fitzgerald

The Fault in our Stars de John Green 31/05/2013

"Some infinities are larger than other infinities."
 

 
 
 
 
 
 
 
Despite the tumor-shrinking medical miracle that has bought her a few years, Hazel has never been anything but terminal, her final chapter inscribed upon diagnosis. But when a gorgeous plot twist named Augustus Waters suddenly appears at Cancer Kid Support Group, Hazel's story is about to be completely rewritten.
 
 
 
 
 
Proposé par x-Livres-Passion-x
 
 
 
 

 
Par où commencer? Quoi dire en premier? Je ne sais pas. Ce livre est tout simplement une merveille. 
L'histoire est racontée par Hazel Grace, 16 ans, atteinte d'un cancer des poumons. Elle a un mal fou à se déplacer et doit toujours garder une canule. On se rend bien vite compte qu'être à sa place n'est pas facile, et j'ai tant souhaité qu'elle puisse guérir miraculeusement. Malgré tout, j'ai admiré sa force car elle essaie toujours de voir le bon côté des choses.
Et puis vient le moment où on rencontre ce cher Augustus Waters... Comment ne pas tomber raide dingue amoureuse de lui? Il m'a fait rire à plusieurs reprises et j'adore sa façon de penser! Il est charmant, drôle, intelligent et tellement amoureux de sa Hazel Grace. C'est un personnage très comique et attachant, dont je me souviendrai encore pendant plusieurs années. Après tout, quel garçon ferait tout pour que sa bien-aimée puisse connaître la fin d'un roman inachevé? Et qu'il soit même prêt à lui en écrire l'épilogue? 
Leur histoire évolue très(trop) rapidement, le seul point négatif du livre, je dirais. Honnêtement, leur histoire est l'une des plus belles que j'aie lu de toute ma vie. Ils sont entièrement dévoués l'un à l'autre. 
Outre ses deux personnages principaux, j'ai beaucoup apprécié Isaac, l'ami d'Hazel et d'Augustus, qui lui aussi a dû faire face à une terrible maladie. Les parents de notre héroïne sont aussi très adorables, on voit bien à quel point ils sont dévoués à leur fille et à quel point ils l'aiment.
Comme tout livre sur cette Terre, il y a une fin. Celle-ci est pire que terrible. J'ai eu le coeur serré pendant tellement longtemps. J'étais en cours lorsque j'ai terminé ce roman, et j'avais juste envie de pleurer. C'est terrible...
Bref, n'hésitez pas à lire ce livre et à tomber à votre tour amoureuse d'Augustus Waters. Malgré la fin qui vous brisera le coeur, ce livre mérite d'êre lu.
 
♥♥♥♥♥
COUP DE COEUR
 
L'avis de Marika
L'avis d'Agathe
L'avis de Julie
 
 

Tags : John Green - Coup de coeur